Gabriel Erb

Il était une fois…

Gabriel Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un contact particulier avec l’eau. Petit déjà, lorsque je prenais mon bain, je réclamais des lunettes ou un masque de plongée pour que je puisse mettre la tête sous l’eau sans que le savon me pique les yeux.

 

Chaque année nous faisions le voyage pour la Ligurie.
Je me rappelle ces étés sur la plage en Italie. Le sable brûlant dans lequel mon frère et moi construisions des châteaux ou jouions aux billes, les gens, les glaces, les vendeurs à la sauvette avec leurs contrefaçons, et ce monsieur à la peau fripée et bronzée, au bonnet de marin blanc qui criait : « Cocco bello. Tre pezzi mille !!! »

Et surtout la mer. La Méditerranée qui s’étendait à perte de vue. J’adorais m’y baigner. Mon activité favorite : faire la planche. Je pouvais rester des heures dans cette position, même si le vent s’était levé et agitait la mer. Même pas peur des vagues. J’écoutais les bruits dans l’eau qui étaient différents. Les voix des gens étaient comme étouffées, j’entendais les vagues et les galets qui s’entrechoquaient.

Mais il y avait un petit bémol, le sel brûlait les yeux, quand je plongeais. Comme le savon, dans la baignoire. J’ai demandé un masque de plongée, encore.

Comme chaque fin d’après-midi, alors que nous rentrions à l’appartement de la famiglia italiana, nous sommes passés devant une petite échoppe qui vendait des journaux, des cartes postales, des jouets de plage, de la crème solaire, des matelas et bouées gonflables de toutes formes et de toutes les couleurs, et des masques de plongée.

Ce jour-là, nous nous sommes arrêtés dans ce tout petit magasin.
Et devinez quoi. J’ai eu mon masque de plongée !!!
Avec le contour jaune pétant et l’élastique noir.

J’étais tellement excité de retourner à la plage le lendemain que je n’en ai pas dormi de la nuit. J’ai entendu passer dans la rue chaque Vespa pétaradante, chaque motorino au pot trafiqué.

Le lendemain, le trajet à pied n’a jamais été aussi long.
La plage, enfin ! Juste le temps d’abandonner mes chaussures et mon t-shirt et me voilà parti en direction de la grande bleue, avec mon masque à la main. J’ai couru dans l’eau, enfilé le masque dans la foulée, sans l’ajuster, j’ai pris une grande bouffée d’air et j’ai plongé. Poissons, galets de toutes sortes, sable aux ondulations irrégulières, algues de toutes les couleurs. Ça y est, j’y suis !

Il n’a plus été question de mettre les pieds dans l’eau sans prendre mon masque, même si le sel brûlait quand-même les yeux et si je buvais parfois la tasse d’eau salée.
Ces vacances ont été encore plus belles que celles des années passées.

Lorsque les vacances s’achevaient annonçant le retour en Suisse, je nettoyais mon masque avec précaution et le rangeais dans sa boîte, en me réjouissant déjà de le retrouver l’été suivant.
Gabriel
Et chaque année, il était là, m’accompagnant dans mon exploration subaquatique.

C’est durant ces aventures que j’ai remarqué que j’avais un lien particulier avec cet élément. Ce sont bien des années plus tard que j’ai compris que mon ressenti est étroitement lié avec l’eau.

Mon point de départ vers les thérapies énergétiques

Gabriel au bord du Léman Enfant déjà, je me suis rendu compte que quelque chose était différent. Je ne pouvais me l’expliquer, je ne comprenais pas tout.
J’ai essayé d’en parler à mon entourage proche. Mais une éducation stricte, aux principes bien arrêtés, a fait que l’ouverture d’esprit n’était pas au rendez-vous. Le sujet était définitivement clos.

Je n’en ai plus jamais parlé à personne, jusqu’au jour où…

Il y a un peu plus de 20 ans, j’ai connu une traversée du désert dans ma vie. Je cherchais des réponses à toutes ces questions qui occupaient mon esprit. Une amie m’a donné les coordonnées d’un guérisseur qu’elle connaissait. J’ai pris rendez-vous et l’expérience a été au-delà de ce à quoi je m’attendais.

Lorsque la personne m’a accueilli, elle a tenu ma main droite dans les siennes pendant un long moment et a prononcé quelques mots que je n’oublierai jamais.

« Avec ce que tu as dans les mains,
tu dois faire quelque chose.
Tu dois aider les gens. »

Ces phrases ont résonné dans ma tête.
J’ai décidé de suivre cette piste et de voir où ça m’amenait.

J’ai cherché, fouillé, exploré, approfondi. J’ai travaillé sur les différents aspects de ma vie, comme les mémoires cellulaires persistantes ou les émotions encore présentes d’une enfance houleuse. J’ai axé mes lectures sur le développement personnel et tout ce qui touche aux Éngergies et à la méditation.
J’ai également suivi plusieurs formations, en coaching, PNL, Kinésiologie, Reiki qui m’ont permis de comprendre l’humain dans son fonctionnement global.

Des années de parcours professionnel en tant que responsable de succursale, formateur d’adultes et d’apprentis, coach en entreprises, m’ont permis d’acquérir les techniques de communication nécessaires.

Il ne me restait plus qu’à lier le tout à mes expériences de vie, à mes formations, à ma personnalité.

Aujourd’hui, j’accompagne toutes générations, des enfants en bas âge jusqu’aux personnes au noble vécu.
Chaque rencontre est enrichissante, de par sa singularité, en échanges et en partages.

Du fond du cœur, merci.

Certifications

Maître praticien en PNL
Coach-Interactionnel®
Kinésiologie Santé par le toucher
Reiki Karuna
Reiki Usui

Infos et liens